Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 août 2012 2 21 /08 /août /2012 18:30

20176123.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Hollywood, comme ankylosé par la crise et un brin frileux suite à des échecs colossaux (cf. "John Carter"), semble quelque peu incapable de fournir du totalement inédit. Alors par paresse (et par sécurité), ils se réfugient dans des "produits" qui ont déjà fait leur preuve. Cela s'est récemment vu sous la forme de prequel/sequel plus ou moins inspirés qui ont vu renaître des sagas qu'on pensait enterrées; mais le sommet de cette paresse reste quand même un genre malheureusement à la mode en ce moment: le reboot (qui ose quand même une relecture) ou carrément le remake ne proposant ni plus ni moins qu'une "mise à jour" pour coller avec son temps. Et rafler quelques paquets de billets verts au passage. Voilà donc "Total Recall" 2.0, remake du film éponyme de 1990. Je tiens à préciser que j'ai vu l'original, mais ne me rappelle plus de toutes les subtilités et détails, l'ayant vu de mes yeux de gamin de 10 ans (je sais il était interdit au moins de 12 mais je sais que vous n'allez pas me balancer).

 

Que les choses soit claires dès le départ ; du film de Paul Verhoeven il ne reste plus grand chose, les auteurs de cette nouvelle monture ayant décidé de coller au livre de Philip K. Dick alors que Verhoeven avait pris quelques libertés ; exit donc tout voyage sur Mars et bienvenu dans un monde scindé entre une Grande Bretagne hi-tech à la "Minority Report" et une Colonie exploitée tendance "Blade Runner". Ce qui surprend d'abord (en bien) c'est la débauche de moyen utilisée pour créer ce monde post apocalyptique ; la direction artistique est assez soignée, les décors sont nombreux et réalistes (si on peux parler de réalisme pour un film futuriste). Tout cela permet dès le départ de crédibiliser un monde assez complexe qu'il est assez plaisant de découvrir. Voilà, à ce point de la critique je viens de terminer pour les compliments. Car pour le reste ça se gâte salement.

 

Parce que remplacer Verhoeven, réalisateur sulfureux, par Len Wiseman, un faiseur sans âme ("Die hard 4" mouais) c'est prendre un sérieux risque. Pas dans la forme (pas dégeu au passage) mais dans le fond tout du moins. Parce qu'à trop vouloir rendre ce "Total recall" accessible à tous, le film perd toute subtilité, toute ambition et surtout toute complexité. Car ne croyez ni le pitch ni le fait que l'original soit complexe ; on sent ici que le film se prend (trop) au sérieux mais dans les fait il n'en est rien. Simple voire simpliste. Le questionnement sur la mémoire n'est qu'effleuré, les doutes sur la réalité ou le rêve sont évacués bien vite au profit d'un récit linéaire et truffé d'incohérences.

 

Les 45 premières minutes essayent tant bien que mal de tenir une histoire qui a un potentiel certain, mais tout dans le déroulement tend à saborder le projet ; de dialogues peu subtils en rebondissement bavards (cf. la scène où il se rend compte que sa femme n'est qu'une espionne et qu'elle lui raconte bien évidemment tout avant d'essayer de le tuer...) le film perd peu à peu tout son intérêt. Pour cacher la vacuité du propos (et empêcher le spectateur de trop réfléchir au fait qu'il n'y a rien à comprendre) le film noie le récit dans un flot constant d'action, parfois maîtrisé mais souvent indigeste (surtout dans la 2ème partie) tant les scènes abusent d'effets éculés et de situations improbables. Surtout que ça fait bien longtemps que le spectateur a décroché et n'en a plus rien à faire du devenir de nos héros qui gesticulent pour essayer d'animer vainement la trame creuse d'une dernière heure qui semble interminable. Que dire des SFX qui se dégradent peu à peu comme si progressivement les responsables n'y croyaient plus? Que dire de la prestation de Kate Beckinsale, tout en botox dans le front, qui offre ici une prestation tout en surjeu et mono-expression (et qui a juste la chance d'avoir son mari en réalisateur)? Que dire des incohérences scientifiques (cf ce site qui a fait de bien jolies équations) qui émaillent le film (ou comment se balader à l'extérieur d'un vaisseau sous-terrain à la vitesse théorique de 50.000 km/h (ça fait vite) et à quelques pas du noyau terrestre (ça fait chaud)? Et que dire de la fin qui abuse de retournements inutiles et de punchlines "percutantes"?

 

Pas beaucoup de choses à sauver.

 

Quand le générique de fin arrive (enfin!) et nous laisse enfin souffler c'est un fou rire qui vient directement tellement le film rince le spectateur. Épuisant et consternant. Définitivement ce "Total recall" n'aurait jamais dû faire "bis".

 

Partager cet article

Repost 0
Published by cineguitt - dans Avis
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : CinéGuitt
  • CinéGuitt
  • : Passionné de ciné, technicien audiovisuel dans la vie, je viens ici lâcher mon avis sur les films à la sortie de la salle pour pouvoir en discuter et en débattre via vos comm'. Critiques, discussions, débats sont les bienvenus.
  • Contact

Suivre le blog

facebook twitter2 rss

Recherche