Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 janvier 2013 3 23 /01 /janvier /2013 21:30

20365978.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Comme on pouvait s'en douter, le 11 septembre a inspiré de nombreuses productions ces 10 dernières années ; pour le pire ("World Trade Center" d'Oliver Stone) et dans de rares cas pour le meilleur ("Vol 93" de Paul Greengrass). Jusque là peu de film ont affronté l'événement frontalement et de manière plus globale (avec les attentats qui ont fait suite à travers le Monde) ; c'est ce que tente ici le film en dépeignant la chasse effrénée organisée pour retrouver celui sur lequel toute la rancœur se cristallise. D'abord affublé du titre très parlant "Kill Bin Laden" alors que le terroriste était encore introuvable, le film a dû être remanié au moment de la mort de celui-ci. Malgré tout les intentions du film restaient floues, mais le fait qu’il soit confié à Kathryn Bigelow et son scénariste Mark Boal (les 2 ont opérés sur « Démineurs ») rassurait quelque peu les craintes initiales. Alors après une mise en production qui a fait couler beaucoup d’encre (les polémiques se sont multipliées ces derniers mois) voilà (enfin) le nouvellement nommé « Zero Dark Thirty ».

 

Forte des Oscars raflés (injustement pour moi) avec « Démineurs », on ne peut pas dire que Bigelow ait fait les choses à moitié pour son retour ; durant 2h30, le film suit, de manière très documentée, l’équipe montée pour traquer l’ennemi public numéro 1 et passe en revue quelques uns des gros attentats post-11 septembre dont les reconstitutions, sous la caméra fiévreuse de Bigelow, font froid dans le dos. Car oui, pour une fois, la menace terroriste est montrée de manière mondiale et non par le prisme américain, et ce même si la problématique et les enjeux restent centré sur les US. Le film s’en tient rigoureusement aux faits (même si certaines polémiques tentent de poser des questions quant à la véracité de tous les faits) se refusant à tout jugement ou analyse géo-politique. Le film peut ainsi par moment paraître assez froid et distant dans son refus de toute empathie ou de parti pris, mais c’est finalement ce qui fait sa force car ce semblant d’objectivité (nul film ne peut réellement l’être) permet au film de dépeindre une vision globale forte d’un monde en constante mutation et où l’ennemi est de plus en plus difficile à discerner.

 

L’hystérie générée autour de la traque d’un seul homme, si vaine soit elle, par tous les moyens possibles (les plus borderlines aussi) est assez sidérante (même si on la comprend) et mène le film vers des sommets de tensions jusqu’à l’assaut final musclé, apothéose d’un film intelligent, plus maitrisé que "Démineurs" et qui ne cède jamais à la facilité de l’émotion facile.

 

Marquant.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by cineguitt - dans Avis
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : CinéGuitt
  • CinéGuitt
  • : Passionné de ciné, technicien audiovisuel dans la vie, je viens ici lâcher mon avis sur les films à la sortie de la salle pour pouvoir en discuter et en débattre via vos comm'. Critiques, discussions, débats sont les bienvenus.
  • Contact

Suivre le blog

facebook twitter2 rss

Recherche