Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 mars 2013 2 26 /03 /mars /2013 21:45

20503469.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

« Héros ». Un mot, deux définitions. Selon le Larousse voilà comment le définir:

Sens 1 - Personne qui se distingue par sa bravoure, ses mérites exceptionnels, etc.

Sens 2 - Principal personnage d'une œuvre littéraire, dramatique, cinématographique

Et c’est bien ces 2 aspects que le réalisateur Derek Cianfrance (qui s’est fait remarquer voilà 2 ans avec « Blue Valentine ») vient ici littéralement déconstruire en pulvérisant les structures du genre. Il serait difficile de parler plus du concept sans spoiler mais quelques coups de théâtre (osés) viennent ponctuer le film et cassent nettement la structure à laquelle on s’attendait. D’abord en confrontant les personnages à des enjeux moraux complexes et en plongeant le spectateur dans un questionnement sur les valeurs de l’héroïsme (qui est le véritable héros dans tout ça ?). Puis en construisant son film en forme de triptyque audacieux, il se penche sur le parcours de 3 personnages de manière chronologique mais cloisonnée (même si leurs destins sont étroitement liés) en échappant astucieusement à l’aspect film choral qui au contraire fait sans arrêt croiser ses protagonistes. C’est un pari risqué mais salvateur pour le film qui trouve là son identité alors que les thèmes abordés ont déjà été vu dans d’autres œuvres. On pense bien sûr à James Gray et son magnifique « La nuit nous appartient » dans sa manière de parler de l’héritage ; on pense à « Drive » pour le personnage de Gosling cascadeur/braqueur un brin taiseux… Bref il y a eu du lourd avant et, malgré de beaux efforts, Cianfrance peine à égaler les (énomres) modèles en terme d’impact émotif, surtout à cause d’une troisième partie moins efficace que le reste…

 

Mais ne soyons pas fine bouche, cela n’est finalement pas si grave quand on voit le soin apporté à l’ensemble ; de choix formel audacieux dans une première partie nerveuse (haute vitesse d’obturation de caméra pour des courses en moto réellement scotchantes) à une vraie maitrise de l’ellipse dans un récit complexe à la construction inédite (qui verra disparaître précocement certains protagonistes), le film recèle de vraies idées et de choix couillus qui lui permette de se mettre nettement au-dessus du lot des polars contemporains. Les acteurs y sont sûrement pour beaucoup (le trio impeccable Gosling/Mendes/Cooper) et la beauté des images de Cianfrance couplée à une bande son efficace viennent sublimer l'ensemble pour créer une véritable atmosphère planante.

 

Un récit à la structure inédite et une vraie force de narration qui offrent de petites pépites de cinéma sans pour autant prendre l'envol d'un James Gray dont il s'inspire pas mal.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by cineguitt - dans Avis
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : CinéGuitt
  • CinéGuitt
  • : Passionné de ciné, technicien audiovisuel dans la vie, je viens ici lâcher mon avis sur les films à la sortie de la salle pour pouvoir en discuter et en débattre via vos comm'. Critiques, discussions, débats sont les bienvenus.
  • Contact

Suivre le blog

facebook twitter2 rss

Recherche