Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 novembre 2012 4 22 /11 /novembre /2012 22:05

20282580.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx.jpgC'était inéluctable. Il fallait bien qu'un jour Hollywood se penche sur l'une des plus grosses catastrophe naturelle de ce début de siècle, a savoir le tsunami asiatique de 2004. On sait l'attrait du cinéma (surtout le cinéma US) pour ce genre d'événement au gros potentiel lacrymal, qui permet (en apposant en plus le célèbre "inspiré d'une histoire vraie") de catalyser les émotions d'un spectateur constamment renvoyé à l'événement réel. C'est pour le meilleur ("Titanic") ou pour le pire (le désastreux "World Trade Center"). Ici c'est un projet espagnol (du petit prodige réalisateur du magnifique "L'orphelinat") mais bel et bien produit et calibré par Hollywood ; cela se ressent dans les moyens déployés (et le casting) mais hélas aussi par les tics d'écritures, pas toujours subtils.

Le film choisit de démarrer assez vite au cœur du sujet ; une introduction des personnages assez (trop?) rapide et on est "plongé" (c'est le cas de le dire) directement dans les flots d'une vague aussi subite que dévastatrice. Cette scène magistrale réussit a nous faire vivre l'événement de l'intérieur comme rarement au cinéma. Pas de musique, des effets spéciaux soignés qui font vivre le drame à la première personne, de manière brutale et viscérale. 20 minutes hauts vol, orchestrées comme les meilleurs films du genre ; on pense évidement à "Titanic" sauf que contrairement à ce dernier le film démarre ici plein pot sur le drame pour dépeindre ensuite les après de celui-ci... Et c'est là qu'on déchante un peu. Du fait d'une introduction trop rapide l'empathie du spectateur pour les personnages ne se fait que petit à petit, trop tardivement. Ainsi les ressorts émotionnels du déchirement de la famille sont un peu émoussés au départ. Malgré tout la complicité avec ceux-ci se construit peu à peu, surtout avec la mère et le fils aîné car le segment du père est trop survolé pour véritablement nous emporter. Le point de vue du fils est bien le plus efficace; la tension monte peu à peu face à des événements qui le dépasse, la fébrilité est de mise quand il faut attendre les soins pour sa mère... Ça marche plutôt bien de ce côté même si le film est souvent chopé en excès de mélo avec l'utilisation d'effets contre productifs; à trop vouloir faire pleurer le film énerve plus qu'autre chose.

Le plus agaçant dans tout ça c'est que le film paraît très auto-centré. On comprend le choix de suivre une famille occidentale (espagnole en vrai, devenue anglaise pour le film) pour mieux aider l'identification des spectateurs ciblés. En revanche quand le focus s'élargit sur d'autres protagonistes ce sont toujours sur des touristes et (quasiment) jamais sur les locaux, le thaïlandais chez eux, qui ont pourtant souffert comme personne et qui méritaient, sinon d'être le centre de l'histoire, au moins d'être plus que survolés. Cette constante est assez gênante (voire choquante) et manque réellement à un film qui tend à rendre compte du drame de manière globale...

 

Partager cet article

Repost 0
Published by cineguitt - dans Avis
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : CinéGuitt
  • CinéGuitt
  • : Passionné de ciné, technicien audiovisuel dans la vie, je viens ici lâcher mon avis sur les films à la sortie de la salle pour pouvoir en discuter et en débattre via vos comm'. Critiques, discussions, débats sont les bienvenus.
  • Contact

Suivre le blog

facebook twitter2 rss

Recherche