Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 juillet 2012 7 01 /07 /juillet /2012 14:25

20102703.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-20120510_114215.jpg

Il y a des périodes comme ça où les sorties en salles sont si peu enthousiasmantes que l’arrivée d’un nouveau « Jason Statham » en devient excitant. Parce que oui, le « Jason Statham » est devenu un genre en lui-même qui promet castagnes, bourre-piffes et pas trop de réflexions. Bref un « film d’homme » qui sera ponctué à son passage à la télé de pubs Gilette Mach3 et du dernier SUV à la mode. Ça ne donne généralement pas de grand film (« Transporteur(s) » etc). Mais parfois il y a de bonnes surprises  (« Hyper Tension » par exemple).

 

« Safe » fait donc partie de ces relatives bonnes surprises ; avec un scénario certes peu lisible et artificiellement compliqué (il ne sert finalement qu’à justifier que notre Jason est seul contre tous entre 2 mafias et des policiers véreux), le film pose des bases simples (voire simplistes) mais soigne l’emballage. Avec le montage malin et original de son intro de 10 minutes, on voit directement l’exigence et le soin mis du côté de la réalisation, ce qui est plutôt rare dans ce genre de série B. C’est souvent osé avec des plans séquences couillus et impressionnants, dont un plan dès le début qui impressionne encore plus que toutes les cascades réunies ; Jason se met à pleurer dans un long traveling-avant qui s’approche de lui. Bon OK après il s’énerve et nous retourne la moitié de New-York, mais le défi de faire un film différent est bien là et il faut l’avouer c’est plutôt réussi.

 

Dommage que le personnage de la petite fille s’efface petit à petit et ne s’apparente souvent qu’à un prétexte pour Statham de tuer tout ce qui bouge, pour échapper au fait qu’il vienne aussi se venger de la mort de sa femme. Il échappe grâce à ça au côté Charles Bronson du personnage. Finalement le tout donne un petit goût d’autodérision bienvenu, le personnage ne parlant qu’en punchlines acérées et cumulant les actes de bravoures à un contre tous.

 

Un action-movie au délicieux goût 90’s bourré de testostérone (et non de neurones), soigné et efficace. Ça tombe bien on venait pour ça.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by cineguitt - dans Avis
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : CinéGuitt
  • CinéGuitt
  • : Passionné de ciné, technicien audiovisuel dans la vie, je viens ici lâcher mon avis sur les films à la sortie de la salle pour pouvoir en discuter et en débattre via vos comm'. Critiques, discussions, débats sont les bienvenus.
  • Contact

Suivre le blog

facebook twitter2 rss

Recherche