Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 septembre 2013 4 26 /09 /septembre /2013 15:15

http://fr.web.img4.acsta.net/r_640_600/b_1_d6d6d6/pictures/210/238/21023887_20130801123843604.jpg

Ron Howard. "Richie" de Happy Days pour beaucoup. Mais une grosse carrière de réalisateur, surtout, par la suite. Grosse par le nombre et la notoriété des films en fait. Parce que qualitativement on ne peut pas dire que sa filmo soit des plus excitantes. Alors oui il y a eu « Willow » un classique puis « Apollo 13 » mais les choses se sont un peu gâtées après ; d’un « Grinch » oublié jusqu’au « Da Vinci Code » indigeste, les années 2000 furent plus compliquées. Et ce n’est pas le pitch de son dernier projet « Rush » qui déclencha notre engouement ; cette histoire, vraie, d’un duel de pilotes de F1 au milieu des années 70’s pouvait de base donner un énième biopic mielleux. De plus, le film de sport, et de courses automobiles de surcroît, est très compliqué et n’a que rarement donné de bons films...

 

Le film donne le ton assez vite dans une intro dans les starting-blocks ; une reconstitution pointue d’une ligne de départ avec le travail admirable de l’image du britannique Anthony Dod Mantle (un des directeur photo préféré de Boyle ou Lars Von Trier) font dire très vite aux spectateurs que ce que livre Ron Howard cette fois-ci c’est du sérieux. Le grain de l’image et la colorimétrie choisie rappelle l’image de l’époque sans pour autant entrer dans un pastiche « instagram-like » et renforce une direction artistique riche et cossue ; voitures d’époques, reproduction des stands, des sponsors… Tout est parfait et pose les bases d’une histoire qui si elle n’était pas réelle, serait à peine croyable.

 

http://fr.web.img6.acsta.net/r_640_600/b_1_d6d6d6/pictures/210/173/21017367_20130703170216102.jpg

 

Car le squelette du film repose sur la confrontation de 2 pilotes ou plutôt 2 visions du sport. James Hunt est un pilote surdoué, flambeur, fêtard et « tête brulé » (même si ce terme sera plus approprié à son concurrent par la suite…). Niki Lauda est lui un pistonné (il a payé pour pouvoir participer à son premier GP de F1), discret, calculateur et pèse les risques. Une vision viscérale pour l’un, plus pragmatique pour l’autre. De ce combat sur le bitume ressort un grand respect l’un envers l’autre ; on les suit dans un premier tiers des circuits de F3000 jusqu’à leur arrivée en catégorie reine qu’est la F1. Ce passage posera les fondations de leur relation, mais est finalement la moins percutante des parties tant les ellipses sont nombreuses et la narration pas toujours claires. Mais tout cela nous mènera à la saison 1976 qui fait le cœur même du film. Et là c’est la grosse claque. Cette saison est tellement épique qu'elle offre une matière première de 1er choix pour le script, qui digère cela par une narration beaucoup plus cohérente que la première partie. Et c'est comme ça que le film décolle. Palpitant de bout en bout grâce à une reconstitution frôlant la perfection, le film réussit le pari du grand spectacle grâce à la parfaite mise en scène des courses où on ressent parfaitement les enjeux, les risques et la folie d'un sport qui à l'époque faisait 2 morts par saison... La musique de Hans Zimmer mène cette ferveur à son paroxysme jusqu'à une course finale hallucinante et inattendue.

 

On ressort de la salle avec le goût d’essence dans la bouche et l’odeur de gomme brûlée dans le nez. Du grand spectacle doublé d’une reconstitution passionnante, Ron Howard a trouvé (enfin) son film et transcende un genre pourtant casse-gueule.

 

Film vu en numérique VOST, Pathé Boulogne

Fiche Allocine

Fiche IMDB 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by cineguitt - dans Avis
commenter cet article

commentaires

RadEd7020 06/10/2013 18:43

Enfin d'accord avec toi... Si ce n'est pour la première partie que je trouve aussi bonne que la deuxième. Zimmer, en très grande forme depuis deux ou trois films, revient travailler pour la nième
fois avec Ron Howard, en revenant à ses premières amours (guitarre électrique en tête)...

cineguitt 10/10/2013 08:21



Ah comme quoi on peut être d'accord parfois!! Et oui Zimmer assure grave sur le film, tu l'avais trouvé moins en forme sur quels films avant?



Présentation

  • : CinéGuitt
  • CinéGuitt
  • : Passionné de ciné, technicien audiovisuel dans la vie, je viens ici lâcher mon avis sur les films à la sortie de la salle pour pouvoir en discuter et en débattre via vos comm'. Critiques, discussions, débats sont les bienvenus.
  • Contact

Suivre le blog

facebook twitter2 rss

Recherche