Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 septembre 2013 1 02 /09 /septembre /2013 16:15

http://fr.web.img6.acsta.net/r_640_600/b_1_d6d6d6/pictures/210/149/21014960_20130624181718377.jpg

Le trio Wright/Pegg/Frost est de retour pour le 3ème volet de leur trilogie (non-officielle) qu'ils ont eux-mêmes (sobrement) intitulée "Three Flavours Cornetto trilogy". Ils avaient déjà livré 2 des comédies UK les plus remarquées de ces dernières années, avec leurs détournements de film de zombies "Shaun of the dead" puis celui des buddy movie avec leur chef d'oeuvre "Hot fuzz". Ils continuent donc leur hommage au cinéma popcorn en s'attaquant cette fois aux films SF, et plus particulièrement à ceux d'invasion d'aliens, humanoïdes de surcroît. Après une infidélité (justifiée) Wright qui a adapté l'excellent "Scott Pilgrim", le retour du trio est donc un événement en soit. Du film je ne connaissais rien avant d'aller en salle, ni pitch ni B.A., mais je savais qu'aux mains de ces 3 anglais, le moment serait forcément délicieux comme le Cornetto qui donne son nom à la trilogie. Pour autant est-ce que se sera le délicieux morceau de chocolat du fond du cornet, sorte de cerise sur le gâteau de la saga, ou la victime du syndrome du 3ème volet (rarement le meilleur d’une trilogie) qui nous mènera à l’indigestion ?

 

Ce dernier volet s’avère sûrement le plus nostalgique des 3 films. Avec son intro à la Hi-8 retraçant le premier « barathon » (écourté) pendant l’été 1990, le film apporte la base nostalgique dont le héros ne sait se défaire ; ce héros (Simon Pegg), resté bloqué à cette époque qui marque la fin de l’insouciance adolescente en même temps que celle des USA, va tenter de reformer le groupe d’amis de l’époque. Sauf que eux ont grandis et se sont quelque peu embourgeoisés. D’où le potentiel comique quand ceux-ci vont se retrouver à faire la tournée des bars dans leur ville d’enfance. Ou ce qu’il en reste. Car le film, d’un coup, bascule du film de potes comique et un brin nostalgique à un film de SF déjanté. Car oui cette petite bourgade anglaise est envahie par des robots humanoïdes venues d’ailleurs, et nos héros d’un soir vont devoir les affronter pour s’en sortir vivants. Tiens mais en fait ça rappelle un peu « Shaun of the dead » l'affaire, non ? Mais ça rappelle aussi « Hot Fuzz » non ? Clairement après le visionnage des 3 films on voit que le pastiche n’est pas le seul lien entre les films, de nombreux points communs sont décelables. Loin d’être un défaut, cela renforce la cohérence du dispositif.

 

http://fr.web.img5.acsta.net/r_640_600/b_1_d6d6d6/pictures/210/189/21018957_20130711170611603.jpg

 

A partir de cette bascule, le film livre des séquences déjantées, comme seul le trio sait les faire ; les bastons sont d’une maîtrise et d’une énergie parfaite (la scène des WC… épique), les punchlines servies par douzaines sans répis, les dialogues fous et so british qui s’enchaînent aussi vite que les pintes sur les zincs des 12 bars qui jalonnent le parcours de nos héros. Bref un kiff geek de haut niveau, toujours ultra référencé, même s’il n’atteint pas le niveau de ces aînés ; sûrement à cause d’un rythme parfois défaillant (de petites longueurs…) mais surtout faute à un épilogue un peu maladroit où la morale est un peu (voire beaucoup) confuse… C'est un peu dommage, surtout en conclusion de la saga.

 

Mais n’oublions pas que pour le reste le film assure ; cela sans jamais s’adonner à la parodie totale (genre ZAZ) mais en insufflant un humour constant au genre sans jamais être condescendant à son propos. C’est touchy, mais comme dans les 2 premiers volets, le film réussit l’hommage en prenant au sérieux son sujet et en livrant des scènes d’action efficaces avec un travail constant de l’image. C’est là toute la différence avec de nombreux films.

 

Sûrement pas le meilleur opus de la trilogie, mais le délire est toujours là et les scènes de genre (ici de SF) sont d’une efficacité indéniable. Espérons que ce "dernier pub" ne soit pas la dernière collaboration du trio anglais le plus déjanté du moment, car leur ode au popcorn-movie nous rappelle (en cette année cinéma bien morose) qu’avec un peu d’audace il est encore possible de faire des films originaux et délirants sans prendre le public pour un abruti.

 

Film vu en numérique VOST, Gaumont Opéra (Français)

Fiche Allocine

Fiche IMDB 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by cineguitt - dans Avis
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : CinéGuitt
  • CinéGuitt
  • : Passionné de ciné, technicien audiovisuel dans la vie, je viens ici lâcher mon avis sur les films à la sortie de la salle pour pouvoir en discuter et en débattre via vos comm'. Critiques, discussions, débats sont les bienvenus.
  • Contact

Suivre le blog

facebook twitter2 rss

Recherche