Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 janvier 2015 2 06 /01 /janvier /2015 19:15

http://fr.web.img5.acsta.net/r_640_600/b_1_d6d6d6/pictures/14/11/28/13/05/237211.jpg

Aujourd'hui je me décide à aller voir le film mini-phénomène du moment "Emouvant, épatant, en chantant!"... Ah non pardon ça c'est la tagline tirée d'une critique du Parisien (excusez du peu), écrite plus gros que le titre sur une affiche ratée digne d'une pub Nutella #familleheureuse. Bon je reprends ; je vais donc voir le film dont tout le monde parle en ce moment "La famille Bélier". Alors, comme vous avez pu le voir, j'avais de (légers) a priori sur le film tant la promo bienpensante et l'affiche sourire/cœur-avec-les-doigts/famille-soudée ne me laissaient rien présager de bon. Mais bon, c'est quand même Eric Lartigau aux commandes et depuis "Prête moi ta main" j'ai tendance à lui faire plutôt confiance, et c'est surtout un duo d'acteurs inattendu : Viard / Damiens, des acteurs connus pour leur excentricité verbale, qui campent un couple de sourds et muets. Bon allez on se laisse prendre au jeu. En espérant que ces "Bélier" défoncent.

 

Alors le scénario du film ne brille finalement pas par son originalité ; on y suit Paula une jeune lycéenne qui tente de s'émanciper et de vivre sa passion (refoulée) pour le chant. Et elle obtient un ticket pour une audition "à la capitale". Bon on est d'accord c'est très convenu et le concept même de voir "Paris" comme un but final est un concept assez parisien qui peut déranger. Mais voilà, le destin de Paula n'est pas si simple que ça, car les embûches qui barrent son chemin vers la ville Lumière c'est sa famille d'agriculteurs, qu'elle aime plus que tout, mais qui souffre d'un handicap ; ils sont sourds et muets. Paula se retrouve ainsi la seule à pouvoir procurer une interaction sociale et professionnelle à sa famille, en servant d'interprète. Et c'est là que le film vient piocher toute sa substance et son relief ; on y traite de la difficulté de vivre avec un handicap qui empêche la communication orale, de la difficulté à s'affranchir des parents et de devenir adulte... Bref le film prend une tournure inattendue et surtout ne cherche jamais à tirer les larmes. La famille Bélier ne se morfond pas et semble même plus équilibrée que bien des familles. Du coup on s'y attache énormément.

 

http://fr.web.img2.acsta.net/r_640_600/b_1_d6d6d6/pictures/14/11/07/13/58/481238.jpg

 

Le film va donc opposer 2 mondes ; celui de la maison des Bélier, où seule Paula brise le silence et supporte à elle seule la communication (on notera l'habileté de ne sous-titrer que certains passages, la majorité étant souvent compréhensible par les réponses ou l'intention de jeu) ; et celui du chant où Paula aimerait s'épanouir. 2 mondes (en apparence) opposés donc, que le film oppose pour mieux servir la métaphore. Le silence face à la musique. Le poids de la famille face à son propre destin. Le film va habillement faire se téléscoper ces 2 mondes dans une partie finale superbement écrite ; [Spoiler] au moment du climax habituel des films du genre, où Paula va chanter le duo sur lequel elle travaille depuis le début du film, le son est coupé et le film nous plonge dans la peau de la famille Bélier qui ne peux juger du talent de leur fille mais qui voit l'effet qu'elle a sur les autres. Cette scène est poignante, le silence y est scotchant et déstabilise d'un coup la structure du film ; la chanson en elle-même tombe à plat, mais la scène nous arrache une larme. C'est finalement plus tard qu'arrivera la scène climax, où Paula va réussir à concilier les 2 mondes en chantant et signant en même temps, à l'audition qui va faire basculer sa vie. Et il faut dire que ça marche très bien, c'est terriblement touchant. Qui aurait cru qu'un film nous touche sur une chanson de Sardou qui voit son image réhabilitée d'un coup?! [fin de Spoiler]

 

Alors je m'adresse au service communication du film ; avec vos conneries d'affiches "moments Nutella" vous avez failli me faire rater un film qui, certes, est assez conventionnel (ça reste un film sur une passion et ses embûches pour arriver au sommet comme x films de danse par exemple), mais offre une structure dynamitée qui bouscule les codes. Au final le film est poignant, sa démarche toujours honnête et juste.

 

Un feel good movie made in france qui donne envie de resortir les cassettes audio de Michel Sardou. C'est dire...

 

 

Film vu en VF, Pathé Boulogne, Salle 3

Fiche Allocine

Fiche IMDB

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by cineguitt - dans Avis
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : CinéGuitt
  • CinéGuitt
  • : Passionné de ciné, technicien audiovisuel dans la vie, je viens ici lâcher mon avis sur les films à la sortie de la salle pour pouvoir en discuter et en débattre via vos comm'. Critiques, discussions, débats sont les bienvenus.
  • Contact

Suivre le blog

facebook twitter2 rss

Recherche