Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 mars 2012 4 08 /03 /mars /2012 16:30

19825088.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-20111006_042532.jpg

Après une incursion remarquable dans l'animation avec son Tintin 2.0, Spielberg revient dans la foulée (les 2 films sont sortis à une semaine d’intervalle aux US) avec un film aux antipodes de celui-ci ; d’un classicisme total et assumé, « Cheval de guerre » prend à contre pied la tendance actuelle du tout numérique pour livrer de « l’authentique ». Quand une scène de bataille nécessite une cavalerie d’une centaine de chevaux… Eh bien on prend cent chevaux et on y va. Radical. En résulte des scènes de bataille et de guerre de tranchées épiques et hallucinantes de réalisme, rendant bien compte de la violence de cette 1ère guerre mondiale (sans montrer trop de sang, on n’est pas dans « Soldat Ryan » non plus !). Époustouflant.

 

L’idée (géniale) du film est vraiment osée : on suit du début à la fin cette tranche d’Histoire au travers du destin du cheval, véritable héros du film, qui va passer « de main en main » ; on passe des débuts heureux dans la campagne anglaise à la guerre, puis aux camps ennemis, puis à la population locale, etc… Grâce à cette astuce maline, le film brasse ainsi les différents points de vue du conflit au travers de portraits d’hommes et de femmes confrontés à un chamboulement de leurs vies et de leurs valeurs. On reconnait bien la patte humaniste de Spielberg.

 

Sauf qu’ici hélas, elle sonne un peu faux.

 

Car dès le départ s’empêtre dans une mièvrerie indigne du maitre Steven. D’accord il veut faire un film familial mais entre choix artistiques douteux (la lumière est souvent trop artificielle et casse souvent le réalisme), imagerie christique appuyée et scénario plombé de (trop) bons sentiments, la pilule passe mal. A l’image de son affiche, le film apparaît bien souvent du niveau d’une série B ambiance après-midi de M6 dans sa propension à faire dégouliner le tout de sentiments un peu facile et pas très digestes. On comprend malheureusement l’acceuil mitigé du public. Le film apparaît alors d’une lourdeur folle, heureusement ponctué par des scènes grand spectacle de haut vol.

 

Dommage.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by cineguitt - dans Avis
commenter cet article

commentaires

Rad Ed 7020 13/03/2012 10:21

Presque d'accord sur tout!
Mais je tempère sur la mièvrerie. Si elle est certes appuyée, elle n'est certainement pas du niveau d'un téléfilm comme tu sembles le penser. J'ai pour ma part, retrouvé le Spielberg des années 80
que j'aimais tant. Revois la fin de E.T., ou encore La couleur pourpre ou bien Always. Ils sont tous mièvres mais réalisés par le maître. Le même qui nous sert ici rien de moins que sa meilleure
réalisation depuis, selon moi, "le soldat Ryan". Alors bien sûr on accroche ou pas sur le parti pris visuel qui n'est pas toujours très réaliste (voir la dernière séquence, qui fait écho du point
de vue éclairage à Autant en emporte le vent) voire raté (certains plans au début du film qui sentent le réflecteur à plein nez). Je passe sur les plans flous ou de lumière diffuse type Le terminal
(pas si nombreux cette fois) que je n'aime pas du tout. Tout cela n'empêche pas ce film d'être le plus beau visuellement depuis La liste de Schindler. Si il continue comme ça Steven (avec un bon
scénario à la clé) pourrait renouer avec le succès commercial de ses films du début des années 80. En tout cas ses années 2000 (Le terminal ,Minority report, A.I., ...) ont l'air de s'envoler et
pour moi ce n'est pas un mal...

cineguitt 05/05/2012 05:11



Salut Oliv'!


Moi j'ai quand même été déçu, je suis d'accord que Spielberg a déjà livré des films plus mièvre dans les 80's, mais je trouve que là le film fait vraiment d'un autre temps sur ce point. Peut-être
est-ce voulu pour renouer avec son cinéma classique et plein de bons sentiments mais moi ça m'a filé une indigestion! Et au niveau de l'image j'ai pas trouvé ça génial non plus, hormis les scènes
de batailles vraiment jolies. La lumière est souvent trop prononcée et présente, ce qui nuit pour moi à l'immersion dans le film. Encore une fois c'est sûrement pour rappeler les classiques
Hollywoodien à la David Lean, mais j'ai trouvé ça mal amené.


Donc un peu (beaucoup) déçu dans l'ensemble ;)



Présentation

  • : CinéGuitt
  • CinéGuitt
  • : Passionné de ciné, technicien audiovisuel dans la vie, je viens ici lâcher mon avis sur les films à la sortie de la salle pour pouvoir en discuter et en débattre via vos comm'. Critiques, discussions, débats sont les bienvenus.
  • Contact

Suivre le blog

facebook twitter2 rss

Recherche