Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 février 2015 3 25 /02 /février /2015 22:00

http://fr.web.img5.acsta.net/r_640_600/b_1_d6d6d6/pictures/14/12/30/10/14/511837.jpgLe film dont tout le monde parle depuis 3 jours est arrivé. Après une rafle totale sur les Oscars premium (Scénario original/réalisateur/meilleur film) et un écho critique assez aguichant, on peut dire que cela a fait monter la pression autour du film. Oui mais cette édition des Oscars  a vu beaucoup de (grands) oubliés (Lego Movie, Interstellar, Gone girl) et le palmarès s'en voit un peu questionné. De + (je vais faire crier certaines personnes) je ne suis pas un fervent adepte du ciné de Iñaritu qui ne m'a que très rarement convaincu. Bref pas gagné d'avance.

La première chose qu'on peut dire c'est que techniquement le film est irréprochable ; successions de plans-séquences raccordés un à un, mouvements fluides de stradicam grisants... Bref le boulot de Lubezki, le directeur photo (celui de Cuaron aussi, cf "Les fils de l'homme"), est, comme toujours, parfait. Oui mais, on est d'accord, tout ça ne fait pas un film...

Dans "Birdman" nous suivons, en quasi huis-clos dans un théâtre de Broadway, une ancienne gloire d'Hollywood qui a eu son succès au début des années 90, dans une saga de superhéros, avant de disparaître des écrans dans une grande traversée du désert. Tiens on dirait le destin de Micheal Keaton! Ça tombe bien, c'est justement lui qui joue le rôle de l'acteur qui tente sa renaissance au théâtre. Vous l'aurez compris, le film est un miroir de la réalité, une sorte de film méta où l'on s'amuse à citer les noms de vraies stars sauf celles qui jouent dedans (quit à faire ça pourquoi ne pas aller au bout du concept en faisant jouer aux protagonistes leurs propres rôles?). Alors cette mise en abîme a sur le papier tout pour plaire. Sauf que le concept tourne court.

 

http://fr.web.img1.acsta.net/r_640_600/b_1_d6d6d6/pictures/14/10/17/15/45/496851.jpg

 

À l'image de sa caméra (qui fait de sans cessés aller retour entre quelques décors) le film tourne en rond. Il se veut psychanalyse de la célébrité. Il n'est que cinéma qui se regarde le nombril en suivant les errances, peu intéressantes, d'un acteur mégalo. Il pousse le concept en mettant en image ses délires égocentriques (on y voit son alter ego, le "Birdman" en costume, lui parler), seule bonne idée en terme de contenu, qui tente de combler l'absence totale d'enjeu par une série de scènes WTF... Le reste n'est que blabla et chute prévisible 30minutes avant la fin. Le film fuit même son sujet en ne traitant ni frontalement du monde du Cinéma, ni celui du Théatre... Il n'y a rien de plus énervant qu'un cinéma pompeux comme cela; le film n'est que vide dans un écrin plastique hallucinant, des idées de mises en scènes de génies autour de névroses d'artistes bobo qui nous saoulent au bout de 20minutes... Je peine à comprendre l'engouement et les récompenses que le film a su avoir. Je sais que le film divisera. Je sais qu'il plaît. Je sais aussi que dans la salle 5 personnes ont préféré fuir...

 

Une démo technique de 2h ; la caméra tourne en rond comme le scénario, les mouvements de caméras ne font que combler la vacuité du reste. Rien de plus ennuyeux que le Cinéma qui se regarde le nombril et se livre à une psychanalyse, faussement critique, sur la célébrité et la névrose bobo d'un artiste égocentrique. Faussement méta, faussement analytique, le film ennuie par sa prétention.

 

Film vu en VOST, Pathé Boulogne, Salle 6

Fiche Allocine

Fiche IMDB

 


Partager cet article

Repost 0
Published by cineguitt - dans Avis
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : CinéGuitt
  • CinéGuitt
  • : Passionné de ciné, technicien audiovisuel dans la vie, je viens ici lâcher mon avis sur les films à la sortie de la salle pour pouvoir en discuter et en débattre via vos comm'. Critiques, discussions, débats sont les bienvenus.
  • Contact

Suivre le blog

facebook twitter2 rss

Recherche